Moyasimon – épisode 1- en vidéo. Bonne Année 2019. PAM

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Pour les personnes qui n’aiment pas les mangas

Au plaisir d’une rencontre

Tadayasu Sôemon Sawaki est un étudiant en première année à l’université agricole de Tokyo qui a l’étrange pouvoir de voir les bactéries à l’œil nu….

Publicités

Pour une année 2019 épanouissante lisez Moyasimon un manga de Masayuki Ishikawa. Bonne année

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Tout d’abord “Bonne Année à tous”
Pour l’histoire, tout commence avec l’arrivée du héros, Tadayasu Soemon Sawaki, dans un lycée agricole.
Une seule chose le différencie des autres étudiants : il est capable de voir les micro-organismes à l’oeil nu, sous forme de petits personnages. Pratique pour repérer un aliment contaminé par l’eschrichia coli et éviter une gastro-entérite ou contrôler le degré de fermentation d’un saké.
Par contre détecter des verrues au pied d’une belle jeune femme ou se rendre compte que deux personnes ont partagé leur flore cutanée peut parfois s’avérer gênant.. Grâce à Sawaki vous découvrirez les richesses du monde microbien et son rôle central, notamment dans notre alimentation.
Des basiques yaout et sauce soja aux fantastiques saké et vin en passant par les surréels surströmming et kiviak, nous saurons tout sur les aliments fermentés…
Merci à Raphaëlle.

Xerfi Canal, la revue audiovisuelle de l’économie, la stratégie et du management

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

L’horizon semble s’éclaircir pour les coopératives agricoles. Pour la toute première fois en 5 ans, le chiffre d’affaires des sociétés coopératives a en effet progressé en 2018 selon les premières estimations de l’étude Xerfi France. Ce redressement fait suite à l’amélioration des cours des principales matières premières et à l’augmentation des volumes commercialisés.

Autre fait marquant récent : la réforme du statut coopératif qui devrait être mise en œuvre par ordonnance dans le cadre de la loi Égalim. Cette réforme vise à une meilleure répartition de la valeur au sein des filières agroalimentaires ce qui devrait favoriser les coopératives agricoles… D’autres volets de cette loi risquent en revanche de les fragiliser…

Pour l’avenir, de nombreuses incertitudes planent. Primo, les coopératives restent sous la pression des groupes privés de l’industrie agroalimentaire mais aussi des géants de la distribution qui constituent peu à peu de super-centrales d’achat afin de réduire les coûts d’approvisionnement. Il s’agit par exemple d’Horizon (regroupant Auchan, Casino, Metro, Schiever), ou encore d’Envergure (rassemblant Carrefour, Système U, Provera). Secundo, les coopératives doivent s’adapter à la mutation de leur marché. Car les Français consomment moins, mais mieux !

Avec le foodbashing ou la médiatisation des scandales alimentaires, les consommateurs se tournent vers les produits bios, sains ou éthiques… Dès lors, elles doivent non seulement renforcer leurs positions sur ces créneaux porteurs afin notamment d’assurer la croissance des revenus de leurs adhérents, mais aussi rééquilibrer les rapports de force avec l’aval. Pour cela elles activent plusieurs leviers. Certaines font le choix de se positionner davantage sur le très rentable marché du bio. Agrial vise pour sa part de porter sa production en agriculture biologique de 3% à 10% d’ici 2025.

D’autres intègrent des activités de distribution alimentaire BtoC pour capter la marge de distribution. Quelques-unes mettent le cap à l’international, à l’instar d’InVivo, Agrial, Sodiaal, Vivescia ou Triskalia. Des stratégies de redéploiement sont également mises en œuvre. Souvent polyvalentes, c’est-à-dire diversifiées dans plusieurs filières de produits agricoles, les coopératives se « multispécialisent » en se focalisant sur un nombre plus restreint de filières tout en cherchant à atteindre une taille critique.

C’est le cas par exemple d’Agrial qui a progressivement absorbé les coopératives Elle & Vire en 2011, Coralis en 2014 et Eurial en 2016 afin de se spécialiser dans les produits laitiers. Ces axes de croissance supposent néanmoins de recourir aux acquisitions de sociétés de droit privé et d’ouvrir le capital des groupes aux investisseurs. De quoi faire vaciller les fondements du modèle coopératif.

Une agronomie pour le XXIe siècle

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Le département Environnement et Agronomie a contribué au renouvellement des méthodes d’observation et d’expérimentation, de modélisation des écosystèmes et d’évaluation des agrosystèmes.

Il porte aujourd’hui une agronomie des systèmes, de la pluralité des échelles de temps et d’espace, de l’intégration et de la complexité, des compromis entre objectifs assignés aux territoires, car il a développé non seulement les compétences scientifiques nécessaires à la production d’une recherche de haut niveau, mais aussi une forte capacité d’expertise au service des politiques publiques et, plus généralement, de tous les acteurs qui souhaitent faire progresser de concert agriculture et environnement.

MOOC – Agroécologie

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

On entend dire que l’agroécologie est LA réponse aux enjeux contemporains de l’agriculture : nourrir une population croissante tout en préservant les ressources naturelles, alors même que les incertitudes augmentent (climat, biodiversité, énergie, etc). Effet de mode… ou révolution scientifique, technique et politique ?

Ce cours permet de découvrir ce qu’est l’agroécologie, quelles en sont les différentes approches, comment elles se traduisent dans des pratiques agricoles et dans la transition agroécologique. Dans une dynamique de formation participative, appuyé sur la diversité sociale et géographique des acteurs, le MOOC propose de construire une approche de l’agroécologie à l’interface entre sciences agronomiques, écologie et sciences sociales.

Fin d’inscription : 28 fév 2019
Début du Cours : 08 fév 2019
Fin du cours : 11 avr 2019 Effort estimé : 4 h/semaine

 
Langue : Français