Les origines de la bioéconomie dans l’Union européenne. CEP MAAF

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Quelles sont les étapes clés qui ont marqué l’arrivée du concept de « bioéconomie » au sein de l’Union européenne (UE) ? Sans faire une analyse historique exhaustive, Christian Patermann et Alfredo Aguilar répondent à cette question en remontant à la fin des années 1990, dans un article publié par New Biotechnology. 

Le 5e programme-cadre pour la recherche (FP5 – 1998-2002) constitue un premier tournant, avec la volonté d’aligner les projets de recherche sur des défis socio-économiques auxquels l’Europe fait face. 

Selon les auteurs, une des priorités, « Cell Factory », est un élément préfigurateur de la bioéconomie au sein de l’UE. Elle portait par exemple sur l’amélioration de l’arsenal thérapeutique ou sur la mise au point de procédés respectueux de l’environnement. La stratégie « Sciences du vivant et biotechnologie – Une stratégie pour l’Europe », publiée en 2002, est également un document clé de la « Knowledge-based Bio-economy » (KBBE), comme le souligne son rapport d’évaluation à mi-parcours en 2007. 

De plus, certaines initiatives qualifiées de « pionnières » ont orienté les discussions. Les auteurs citent à ce titre le travail intitulé Towards a biobased economy. Issues and challenges, d’un think tank canadien, et ceux de l’OCDE sur les biotechnologies au cours des années 2000. 

D’autres facteurs ont joué un rôle favorable : les plateformes européennes de technologies, la task force conjointe de l’UE et les États-Unis sur les biotechnologies ou encore les travaux du Standing committee on agricultural research (voir à un sujet un précédent billet sur ce blog). 

 Les contours de la bioéconomie sont tracés lors de l’élaboration du 7e programme-cadre (2007-2013), en particulier par les services de la Commission en charge du pilier « Alimentation, agriculture, pêche et biotechnologies ». Le focus porte alors sur la mobilisation accrue de ressources biologiques, et des procédés associés. Les auteurs soulignent l’engouement rapide suscité et le budget important associé dans le FP7 (environ 2 milliards d’euros). 

L’accumulation de connaissances nouvelles sur les bioressources, les innovations en sciences de la vie, l’alternative représentée par rapport aux molécules fossiles ou encore le principe de « sustainability » font partie des moteurs de cet engouement. 

L’article discute également du rôle de certains acteurs dans la consolidation de la bioéconomie, à l’instar de la Finlande, de l’association européenne des bioindustries (EuropaBio) ou encore de l’Allemagne. 

 On pourra également se reporter, sur ce sujet, à un Document de travail du CEP. (http://ift.tt/2rpnPDH)

 Élise Delgoulet, Centre d’études et de prospective

from Tumblr http://ift.tt/2qr5CYT
via IFTTT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s