MOOC protéines végétales et innovation session 2 ! 

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

AgroSup Dijon lance une nouvelle session de son Mooc ProtéiNNOV : Protéines végétales et Innovation sur la plateforme FUN. 

 À propos du cours “La prise de conscience d’une raréfaction des ressources en protéines animales dans les décennies à venir et la nécessité de produire plus durablement ces ressources alimentaires nous conduit à repenser aux autres sources de protéines, notamment les protéines d’origine végétale. 

Parmi les sources de protéines végétales, la plus employée comme substitut des protéines animales est le soja, mais le soja n’est pas la seule source de protéines végétales. Il est donc opportun de faire le point sur les autres sources de protéines végétales et sur leur utilisation. 

Le développement de nouveaux produits alimentaires riches en protéines végétales passe par la connaissance des atouts tant technologiques que nutritionnels de ces ingrédients, mais aussi des freins à leur introduction dans le régime alimentaire des européens. 

Le MOOC que nous proposons est donc ciblé sur les protéines végétales et sur leur utilisation dans l’alimentation humaine. 

Le cours a pour but d’apporter des connaissances dans quatre domaines ciblés sur l’utilisation des protéines végétales pour l’innovation de produits alimentaires : Agronomie, Nutrition, Technologie alimentaire et Innovation produits.”

from Tumblr http://ift.tt/2rDm6id
via IFTTT

Publicités

Ancestral alliances: Plant mutualistic symbioses with fungi and bacteria

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

BACKGROUND
Among the extensive cortège of plant-associated microorganisms (the so-called plant microbiota), mutualistic fungal and bacterial symbionts are striking examples of soil microorganisms that have successfully coevolved with their hosts since plants adapted to terrestrial ecosystems. They promote plant growth by facilitating the acquisition of scarce nutrients. In these associations, plant root colonization requires complex molecular cross-talk between symbiotic partners to activate a variety of host developmental pathways and specialized symbiotic tissues and organs. Despite the evolutionary distances that separate mycorrhizal and nitrogen-fixing symbioses, recent research has identified certain highly conserved features associated with early stages of root colonization. We focus on recent and emerging areas of investigation concerning these major mutualistic symbioses and discuss some of the molecular pathways and cellular mechanisms involved in their evolution and development.
ADVANCES
Phylogenomic analyses and divergence time estimates based on symbiotic plant fossils are shedding light on the evolution of mutualistic symbioses. The earliest land plants [~407 million years ago (Ma)] were associated with fungi producing mycorrhiza-like intracellular structures similar to extant symbioses involving Glomeromycotina and Mucoromycotina. Arbuscular mycorrhizal endosymbioses then diversified by the Late Carboniferous. Pinaceae species from the Late Jurassic and Early Cretaceous (~180 Ma) formed the first ectomycorrhizal associations involving Dikarya. More recently, certain angiosperms evolved a “predisposition” for the evolution of nitrogen-fixing root nodule symbioses (~100 Ma) with bacteria.

A conserved core module of the “common symbiotic signaling pathway” (CSSP) is shared by all host plants that establish endosymbioses, including arbuscular mycorrhizal, rhizobial, and actinorhizal associations. This striking conservation among widely divergent host species underlines the shared evolutionary origin for this ancient symbiotic signaling pathway. Furthermore, chitin-based signaling molecules secreted by both arbuscular mycorrhizal fungi and rhizobia activate the host CSSP after perception by related receptor-like kinases. Downstream signal transduction pathways then lead to the apoplastic intracellular infection modes that characterize the majority of these associations and, finally, to the coordinated development of sophisticated bidirectional symbiotic interfaces found in both arbuscules and nitrogen-fixing nodules. A common feature of all these mutualistic associations is phytohormone-associated modifications of root development, which lead to an increase in potential colonization sites as well as major structural and functional changes to the root during the establishment of symbiotic tissues.
OUTLOOK
Although we are at last beginning to understand how mutualistic microorganisms communicate with plants, how associated root developmental pathways are modulated, and how plant immune responses are successfully circumvented, many important questions remain. For example, little is currently known about more primitive modes of intercellular apoplastic colonization, whether for ectomycorrhizal fungi or for certain nitrogen-fixing symbioses. Neither do we know whether the CSSP has a key role in ectomycorrhizal associations, nor how host plants distinguish between structurally similar chitin-based “symbiotic” and “pathogenic” microbial signals. Answering these questions should contribute to our understanding of the underlying mechanisms that govern the relationships between plants and their entire microbiota. On a broader level, improved understanding of how environmental and genetic cues, together with plant metabolism, modulate microbial colonization will be crucial for the future exploitation of the microbiota for the benefit of sustainable plant growth.

from Tumblr http://ift.tt/2qYC2dl
via IFTTT

How the Internet of Things will revolutionise agriculture –

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Recent research from McKinsey Global Institute shows the agricultural sector as having the lowest digital penetration rate of any industry. 

Industries rated the highest, such as finance, have seen huge improvements in productivity and the addition of new services, while agriculture lags behind. 

For many growers, the experience of digital technology does not live up to the hype. The return on investment is just not there yet. Most digital experiences and solutions in the market are still fragmented, and often just plain hard to use. 

From hype to reality with the right business model Right now, much of the challenge lies in AgTech providers identifying the right business model. For example, Uber uses some fantastic data analytics to match drivers and fares. But it’s their business model that is currently driving the company’s success. 

Uber disrupted the traditional taxi business by tapping the sharing economy, and redefining the relationship between drivers and customers. 

Fares are calculated in advance for transparency, and both driver and customer can rate each other to provide valuable feedback to future users.

from Tumblr http://ift.tt/2rZHrhV
via IFTTT

Agriculture connectée, mais avec quel réseau ?

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Bientôt une nouvelle délégation au numérique au sein du Ministère de l’Agriculture, c’est ce qu’a annoncé le ministre Stéphane Le Foll mercredi 11 janvier. 

Ce jour là, il recevait avec Axelle Lemaire, les conclusions d’une mission pour la mise en place d’un portail des données agricoles, confiée Jean-Marc Bournigal, président d’Irstea (l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture). 

Il faut dire que l’agriculture est elle aussi en train de se transformer avec le numérique. Désormais les agriculteurs utilisent des technologies numériques à toutes les étapes de leur production, jusqu’à la commercialisation. 

Ensuite les entreprises et start-up sur ce marché sont de plus en plus nombreuses.

from Tumblr http://ift.tt/2r02qEb
via IFTTT

Revue AE&S vol.1, n°2,  Défi alimentaire et agronomie

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

L’Association française d’agronomie est un carrefour interprofessionnel qui aborde l’agronomie en prise avec les enjeux sociétaux.  Un numéro de la Revue AE&S “Défi alimentaire et agronomie"  à relire pour ouvrir le chantier des PAT Plans Alimentaires Territoriaux.

Au sommaire :

– Enjeux alimentaires : quels défis pour l’agronomie ?

– Rendement et qualité sont-ils conciliables ?
– Nouvelles structurations et fonctionnement des bassins de production alimentaire
– Quelles utilisations de l’espace en zones péri-urbaines ?
– Défi alimentaire, politique agricole et environnement

from Tumblr http://ift.tt/2qOL7Fh
via IFTTT

Les évolutions de l’alimentation et de sa sociologie au regard des inégalités sociales

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Le dernier numéro de l’Année sociologique consacre un dossier à la sociologie de l’alimentation, avec pour objectif d’« éclairer à la fois notre alimentation et sa sociologie ».

Les articles réunis s’intéressent aux évolutions récentes des pratiques alimentaires, aux rapports à la nourriture ou au corps : ils permettent ainsi de « faire le point des connaissances actuelles en sciences sociales » et de « rappeler que si l’alimentation a une fonction biologique, son organisation est un fait social essentiel pour comprendre nos sociétés ».

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

lien : http://ift.tt/2quU0SI

from Tumblr http://ift.tt/2pJvY9D
via IFTTT

GAEZ – Global Agro-Ecological Zones

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Institut International pour l’Analyse des Systèmes Appliqués (IIASA) ont travaillé de façon continue sur la méthodologie des Zones Agro écologiques ( ZAE ) durant ces 30 dernières années, pour évaluer les ressources et le potentiel agricoles.
 Le développement rapides des technologies de l’information a permis de développer des bases de données mondiales de plus en plus détaillées et variées, ce qui a rendu possible la première évaluation ZAE mondiale en 2000. 
Depuis lors, les évaluations ZAE mondiales ont été réalisées tous les deux ou trois ans. Les thèmes abordés, la taille de la base de données, et le nombre de résultats se sont multipliés à l’occasion de chaque mise à jour du système. 
Il s’agit de l’évaluation la plus ambitieuse entreprise jusqu’ici et son but est de rendre publiquement disponibles l’intégralité des données de la base et tous les résultats de cette évaluation. 
Ce travail représente de nombreux terabytes de données, qui couvrent cinq domaines thématiques:
 • Ressources en terres et en eau, incluant les ressources des sols et terrains, le couvert végétal, les zones protégées et diverses données socioéconomiques et démographiques;
 • Ressources agro-climatiques, s’agissant notamment de divers indicateurs climatiques;
 • Aptitude et rendements potentiels, pour près de 280 types de cultures/utilisations du sol en gestion et apports alternatifs et dans des conditions climatiques historiques, actuelles et futures;

http://ift.tt/1qM35Af

from Tumblr http://ift.tt/2renoPV
via IFTTT

Les origines de la bioéconomie dans l’Union européenne. CEP MAAF

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Quelles sont les étapes clés qui ont marqué l’arrivée du concept de « bioéconomie » au sein de l’Union européenne (UE) ? Sans faire une analyse historique exhaustive, Christian Patermann et Alfredo Aguilar répondent à cette question en remontant à la fin des années 1990, dans un article publié par New Biotechnology. 

Le 5e programme-cadre pour la recherche (FP5 – 1998-2002) constitue un premier tournant, avec la volonté d’aligner les projets de recherche sur des défis socio-économiques auxquels l’Europe fait face. 

Selon les auteurs, une des priorités, « Cell Factory », est un élément préfigurateur de la bioéconomie au sein de l’UE. Elle portait par exemple sur l’amélioration de l’arsenal thérapeutique ou sur la mise au point de procédés respectueux de l’environnement. La stratégie « Sciences du vivant et biotechnologie – Une stratégie pour l’Europe », publiée en 2002, est également un document clé de la « Knowledge-based Bio-economy » (KBBE), comme le souligne son rapport d’évaluation à mi-parcours en 2007. 

De plus, certaines initiatives qualifiées de « pionnières » ont orienté les discussions. Les auteurs citent à ce titre le travail intitulé Towards a biobased economy. Issues and challenges, d’un think tank canadien, et ceux de l’OCDE sur les biotechnologies au cours des années 2000. 

D’autres facteurs ont joué un rôle favorable : les plateformes européennes de technologies, la task force conjointe de l’UE et les États-Unis sur les biotechnologies ou encore les travaux du Standing committee on agricultural research (voir à un sujet un précédent billet sur ce blog). 

 Les contours de la bioéconomie sont tracés lors de l’élaboration du 7e programme-cadre (2007-2013), en particulier par les services de la Commission en charge du pilier « Alimentation, agriculture, pêche et biotechnologies ». Le focus porte alors sur la mobilisation accrue de ressources biologiques, et des procédés associés. Les auteurs soulignent l’engouement rapide suscité et le budget important associé dans le FP7 (environ 2 milliards d’euros). 

L’accumulation de connaissances nouvelles sur les bioressources, les innovations en sciences de la vie, l’alternative représentée par rapport aux molécules fossiles ou encore le principe de « sustainability » font partie des moteurs de cet engouement. 

L’article discute également du rôle de certains acteurs dans la consolidation de la bioéconomie, à l’instar de la Finlande, de l’association européenne des bioindustries (EuropaBio) ou encore de l’Allemagne. 

 On pourra également se reporter, sur ce sujet, à un Document de travail du CEP. (http://ift.tt/2rpnPDH)

 Élise Delgoulet, Centre d’études et de prospective

from Tumblr http://ift.tt/2qr5CYT
via IFTTT

Rapport annuel : la dynamique agro-écologique en 2016 – Alim’agri

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt publie son rapport rétrospectif de l’année écoulée relatif à l’agro-écologie. 

C’est l’occasion de constater les réalisations faites en 2016, mais aussi de dresser les priorités d’actions et perspectives pour les années à venir. 

Revue de détail. Différents signaux montrent que le projet progresse et que la connaissance des pratiques agro-écologiques s’enracine progressivement dans le pays.

from Tumblr http://ift.tt/2rma35i
via IFTTT

L’agriculture intelligente : des normes pour une agriculture durable

See on Scoop.itVeille Scientifique Agroalimentaire – Agronomie

Pour répondre à lʼexplosion démographique future et nourrir une population mondiale croissante de façon durable, rentable et respectueuse de lʼenvironnement, il nʼy a dʼautre solution que de planter les graines dʼune révolution agricole. 

Bienvenue dans lʼagriculture du futur : un système de culture à haute technologie et à forte intensité de capital qui permet de produire proprement et durablement des denrées alimentaires pour nourrir les peuples.

lien direct : http://ift.tt/2rlHkO7

from Tumblr http://ift.tt/2qM2pEf
via IFTTT