Bandes fleuries, cadeau empoisonné

 

Une récente étude britannique a révélé que les fleurs sauvages qui poussent en marge des champs cultivées contiennent d’inquiétantes concentrations d’insecticides néonicotinoïdes. Les concentrations sont même plus élevées (en moyenne 15 ppb) que dans les champs de colza (en moyenne 3 ppb). Les scientifiques ont trouvé des concentrations allant jusqu’à 86 ppb dans le pollen des berces et 64 ppb dans celui des pavots. Autre remarque : 97% des néonicotinoïdes qui entrent dans la ruche après le butinage proviennent de fleurs sauvages. Les scientifiques parlent d’une contamination généralisée des plantes sauvages qui poussent à proximité de cultures traitées.

 

Par Agnès Fayet. Butine info, 16.10.2015

                          

Sourced through Scoop.it from: butine.info

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s