L’horloge interne des plantes se souvient du stress hydrique. BE Belgique 84 

Les plantes optimisent leur croissance en se « souvenant » du stress hydrique (déficit en eau) qu’elles ont subi pour ajuster les mouvements d’eau dans les racines. C’est ce que révèlent des chercheurs des équipes de François Tardieu de l’Inra et de François Chaumont à l’Université catholique de Louvain grâce à un dispositif de mesures précises de la croissance d’un grand nombre de plantes en conditions naturelles. Publiés dans Nature communications le 5 novembre 2014, ces travaux expliquent comment les plantes anticipent des déficits en eau et optimisent leur croissance.

Source: www.bulletins-electroniques.com

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s