INRA La diversité des habitats non cultivés : un facteur clé pour préserver la biodiversité dans les exploitations agricoles

Des chercheurs de l’Inra de Toulouse Midi-Pyrénées en collaboration avec l’Agroscope de Zürich viennent de démontrer que la diversité des habitats semi-naturels (haies, bandes herbeuses, friches, prairies permanentes, …) est le principal facteur influençant la biodiversité dans les exploitations agricoles conventionnelles comme biologiques. C’est ce que montre la plus importante étude menée au niveau mondial, portant sur 12 régions européennes, 205 exploitations et 1470 parcelles et habitats semi-naturels et cultivés issus de systèmes agricoles variés (grandes cultures, élevage, polyculture-élevage, maraîchage, oliveraie, vignes).

 

[L’étude] Gains to species diversity in organically farmed fields are not propagated at the farm level. Nature Communications 

Source: www.toulouse.inra.fr


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s