Ingénieuse écologie

 

À l’occasion des Journées de l’ingénierie écologique qui se tiennent ce week-end, découvrez ce domaine de recherche en pleine effervescence. Son but ? Appliquer sur le terrain les concepts de l’écologie pour une meilleure gestion de l’environnement. Le CNRS est aux avant-postes.

Source: lejournal.cnrs.fr

Publicités

INRA La diversité des habitats non cultivés : un facteur clé pour préserver la biodiversité dans les exploitations agricoles

Des chercheurs de l’Inra de Toulouse Midi-Pyrénées en collaboration avec l’Agroscope de Zürich viennent de démontrer que la diversité des habitats semi-naturels (haies, bandes herbeuses, friches, prairies permanentes, …) est le principal facteur influençant la biodiversité dans les exploitations agricoles conventionnelles comme biologiques. C’est ce que montre la plus importante étude menée au niveau mondial, portant sur 12 régions européennes, 205 exploitations et 1470 parcelles et habitats semi-naturels et cultivés issus de systèmes agricoles variés (grandes cultures, élevage, polyculture-élevage, maraîchage, oliveraie, vignes).

 

[L’étude] Gains to species diversity in organically farmed fields are not propagated at the farm level. Nature Communications 

Source: www.toulouse.inra.fr

Les viticulteurs bourguignons et le respect de l’environnement – Revue française de sociologie 2014/2 (Vol. 55)

Cet article s’intéresse à la dynamique de changements de pratiques des viticulteurs de deux communes viticoles bourguignonnes. Il montre que ces changements sont conditionnés par la structure du réseau de dialogues professionnels communal dans lequel ces viticulteurs sont insérés. Les deux réseaux étudiés sont du type « noyau-périphérie » et obtiennent des scores équivalents de changements de pratiques, bien que certains types de pratiques soient préférentiellement mis en œuvre dans l’une ou l’autre commune. L’article s’attache à montrer, pas à pas, comment jouent, dans le processus d’adoption de nouvelles pratiques agricoles, l’environnement socio-économique dans lequel les réseaux sont intégrés, les formes de capital (économique, social et culturel) dont les viticulteurs sont dotés et la position que ces derniers occupent au sein de leur réseau. Si les différents registres explicatifs des changements relevés dessinent un portrait assez complet des éléments qui interviennent dans le processus de changement, la dimension relationnelle apparaît prépondérante. Le noyau des réseaux, en particulier, se révèle être un lieu de défense identitaire et de connexion de connaissances et de ressources socialement distribuées.

Source: www.cairn.info

Le phytoplancton, le stress et le planning familial. 2014/06/23 > BE Israël 107 >

Les forêts tropicales sont souvent décrites comme les « poumons » de la planète. Un titre qu’elles devraient partager avec… le phytoplancton. En effet, ces organismes microscopiques, en suspension dans les océans, produisent à eux seuls la moitié de l’oxygène que nous respirons. Leur développement est saisonnier et donne lieu à de larges et magnifiques efflorescences, pouvant s’étendre sur plusieurs milliers de kilomètres. Pour qu’une population d’une telle taille puisse subsister, il est nécessaire que le nombre d’individus soit finement régulé. Sinon, les carences en nutriments, le manque de luminosité et les attaques virales pourraient rapidement mettre fin à la belle efflorescence. Le phytoplancton s’astreint donc à une sorte de « planning familial ».

Source: www.bulletins-electroniques.com

Le défi de la conservation des produits frais

En Inde, le lait est une denrée essentielle de l’alimentation. Dans la plupart des villages indiens, le réseau électrique intermittent ne permet pas de conserver le lait dans de bonnes conditions, et le lait est perdu. Mais une solution existe. Sam White et son équipe d’ingénieurs ont mis au point une batterie thermique ingénieuse capable de refroidir le lait et qui fonctionne malgré les coupures de courant.

Source: www.futuremag.fr

L’agriculture 2.0

Il y a près d’un siècle, la mécanisation progressive de l’agriculture métamorphosait le travail des paysans. Aujourd’hui, une deuxième révolution est en marche, celle de l’automatisation et de la robotisation. Direction le Maine-et-Loire pour rencontrer Jean-François et Bertrand Thierry. A l’instar d’une vingtaine d’autres exploitants en France, les deux frères ont fait le pari d’automatiser entièrement leur ferme, avec une nouvelle génération de robots. A quoi ressembleront les exploitations du futur ? 

Source: www.futuremag.fr

Pour le plaisir…