Olivier De Schutter : « Notre modèle agricole mondial est à bout de souffle »

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Une crise des prix alimentaires, les débats sur les agrocarburants ou sur les « accaparements de terres », un duel à fleurets mouchetés avec Pascal Lamy, directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) jusqu’en 2013 : les six années qu’a passées le juriste belge Olivier De Schutter au poste de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l’alimentation ont été bien remplies. Alors que son mandat arrive à échéance mercredi 30 avril et que la Turque Hilal Elver devrait lui succéder d’ici quelques semaines, il affirme que le modèle agro-industriel est dépassé et que la solution aux défis alimentaires actuels ne viendra pas des Etats mais des citoyens.

 
See on www.lemonde.fr

Les pesticides bientôt interdits le jour pour protéger les abeilles

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Par AFP | AFP – lun. 28 avr. 2014

Les épandages de produits phytosanitaires seront bientôt totalement interdits en journée et plus aucune dérogation ne sera tolérée afin de protéger les abeilles, a annoncé lundi le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors d’une conférence de presse.

« Une étude qui a été rendue de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, ndlr) sur les épandages de pesticides conclut de manière claire que les abeilles sont sensibles à la lumière, il va falloir qu’on modifie les pratiques d’épandage vers des épandages le soir », a expliqué le ministre lors d’un point d’étape de son plan (2013-2015) pour une apiculture durable.

Selon lui, l’Anses a conclu que « la luminosité est ce qui fait sortir les abeilles et tout ce qui est épandage du matin a des conséquences importantes » car il « laisse des traces de pesticides dans l’eau, dans la rosée » qui peuvent perturber ces insectes lors des périodes de floraison de printemps et de l’été…

See on fr.news.yahoo.com

Optimiser la maturité phénolique des raisins par un traitement de vigne

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

MATURITE PHENOLIQUE ET QUALITE DES VINS ROUGES :UN NOUVEL OUTIL VITICOLE POUR AMELIORER LA MATURITE PHENOLIQUE DES VINS ROUGES La recherche de la maturité optimale… Voici comment pourrait être résumé l’objectif ultime de tout producteur de raisin. En effet, un défi technique majeur de la filière vitivinicole reste de faire coïncider maturité technologique (qui se définit par un certain équilibre sucre/acide) avec la maturité oenologique, concept difficile à appréhender et à mesurer, mais qui prend en compte l’ensemble des maturités, dont la maturité phénolique, la maturité aromatique, etc. C’est une première dans le monde viti-vinicole :Une application à la vigne avec un effet sur la qualité finale des vins rouges
See on www.lallemandplantcare.com

Relation entre fonction et structure des enzymes : le rôle de l’environnement. 2014/04/29 > BE République Tchèque 38 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Les enzymes sont des protéines présentes dans les organismes vivants dont le rôle est de catalyser certaines réactions chimiques. Il y a 120 ans, Emil Fisher, lauréat du prix Nobel de chimie, émet l’hypothèse, démontrée par la suite, que la fonction d’une enzyme est déterminée par sa structure. Les travaux des chercheurs de l’Université Masaryk et de l’Académie des Sciences, menés par les professeurs Jiri Damborsky et Martin Hof, publiés dans la revue Nature Chemical Biology, ont montré qu’en plus de la structure d’une enzyme, son environnement et sa dynamique peuvent jouer un rôle sur sa fonction.

L’objectif des scientifiques était de transformer, par ingénierie génétique, une enzyme bactérienne en une nouvelle enzyme ayant les mêmes propriétés que celle d’une autre bactérie. Cependant, ils ont constaté qu’en modifiant l’enzyme native de façon à obtenir une structure extrêmement proche de celle de l’enzyme d’intérêt, il ne se produisait pas de changement de sa fonctionnalité. Ils ont ainsi montré que la fonction ne dépend pas seulement de la structure de la protéine, mais au contraire, dans leur cas, de l’environnement, en particulier de sa dynamique et de son interaction avec les molécules d’eau environnantes…

See on www.bulletins-electroniques.com

Une avancée significative dans la compréhension de la photosynthèse. 2014/04/29 > BE République Tchèque 38 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

La photosynthèse, qui permet à certains organismes, dont les plantes, de produire de la biomasse à partir de la lumière et du dioxyde de carbone atmosphérique, est un mécanisme dont la découverte date du 18ème siècle, mais qui n’est pas encore totalement compris, bien que son équation générale soit connue depuis le 19ème siècle.

Les équipes du Prof. Josef Komenda et du Dr Roman Sobotka, du centre Algatech, Institut de Microbiologie de l’Académie des Sciences, conjointement avec leurs collaborateurs de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, ont publié deux articles dans la revue scientifique Plant Cell, dans lesquels ils présentent leurs travaux sur le photosystème II.

Le principal résultat est une meilleure compréhension des mécanismes d’intégration de la chlorophylle dans les premières étapes de l’activation du photosystème, en particulier au niveau de l’assemblage avec les principales protéines structurales et de la formation d’un centre photosynthétique fonctionnel. Les chercheurs ont utilisé comme système d’étude la cyanobactérie Synechocystis 6803, largement utilisée pour l’étude de la photosynthèse. En mutant certaines protéines afin de bloquer les étapes suivantes, les premières briques du photosystème ont pu être isolées et analysées, ce qui a permis de révéler le mécanisme de formation de ces briques.

Bien que les résultats décrivent les premières étapes de l’assemblage du photosystème II dans une cyanobactérie, il est vraisemblable qu’ils puissent être transposés aux algues et aux plantes qui possèdent le même système…

See on www.bulletins-electroniques.com

Bacterial quorum sensing compounds are important modulators of microbe-plant interactions

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Higher organisms evolved in the omnipresence of microbes, which could be of pathogenic or symbiotic nature. A framework of response patterns evolved which is known as innate immunity. A major part of this response is the recognition of microbial-associated molecular patterns (MAMP) such as chitin or lipochitooligosaccharides, peptidoglycan, lipopolysaccharides or flagellum structures, and the initiation of efficient plant defence reactions (Janeway and Medzhitov, 2002; Jones and Dangl, 2006). However, there are many plant-associated endophytic bacteria known, which are living within plants without triggering persistent and apparent defence responses or visibly do not harm the plant. In some cases, even a stimulation of plant growth due to the presence of specific players within the plant microbiome was reported (Turner et al., 2013). It is now generally accepted, that plant performance and activities can only be characterized and understood completely, if the “holobiont,” the plant plus the intimately associated microbiota, is considered (Zilber-Rosenberg and Rosenberg, 2008). The evolutionary advantage of an integrated holobiontic system is characterized by a much better adaptability and flexibility towards rapidly changing adverse environmental conditions. It is still mostly unknown, which particular plant genetic loci are controlling the interactions with the plant microbiome and which signals are steering this cooperativity. Mutualistic microbes are able to overcome or short-circuit plant defence responses to enable successful colonization of the host (Zamioudis and Pieterse, 2012; Alqueres et al., 2013). Beneficial associations with microbes other than mycorhiza or Rhizobia are also controlled by systemically regulated or autoregulated processes on top of the basic innate immunity response. The induction of systemic immunity responses like ISR (induced systemic resistance) by some beneficial rhizosphere bacteria or the SAR (systemic acquired resistance) response provoked by pathogens are results of multiple response cascades employed by the plant host to respond to microbial and other environmental interactions. However, the entire response network is by far not yet revealed. For example, bacteria-induced plant responses resulting in improved resistance towards pathogens can also be due to the perception of secondary metabolites, like the surfactin lipopeptide, produced by certain biocontrol Bacilli (Garcia-Gutiérrez et al., 2013) or volatile compounds of plant-associated microbes (Yi et al., 2010). The biocontrol activity of microbial inoculants is probably due to multiple effects of their secondary metabolites to achieve direct inhibition of the pathogenic counterpart as well as an increase of systemic resistance of the plant host.

See on journal.frontiersin.org

Géo-ingénierie, l’ultime recours ? (1/3) : un tabou s’effondre « InternetActu.net

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Et si la planète était encore plus menacée qu’on ne le pense ? Et si les mesures actuelles envisagées contre le réchauffement climatique (réduction des émissions, taxe carbone, green design…), n’étaient qu’emplâtres sur une jambe de bois ? Le fait est qu’il y a souvent une distance entre le discours volontiers alarmiste (et probablement avec raison) des penseurs écologistes et la relative modération des solutions proposées.

Face à l’urgence de résoudre le problème climatique, une solution “taboue” commence à avoir de nouveau droit de cité : la géo-ingénierie.

See on www.internetactu.net

Bipro : des insectes bio pour l’industrie alimentaire

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Bipro : des insectes bio pour l’industrie alimentaire

 

« Proposer une alternative écologique à l’élevage traditionnel (ovins, bovins, etc.) pour produire des protéines, tel est le pari de Bipro. »

« Ce projet original qui associe trois entomologistes de l’université d’Angers, Delphine Calas, Fabienne Dupuy et Olivier List, devrait voir le jour fin 2014. Dans une usine basée en Maine-et-Loire, ils produiront à l’échelle industrielle des grillons, criquets et vers de farine, pour remplacer la viande ou le soja dans nos boissons et nos plats cuisinés. « Nous visons une production d’insectes bio d’une tonne par jour, destinée aux professionnels de l’industrie agroalimentaire et aux commerçants. Ce qui nous positionnera comme le premier industriel européen sur ce créneau », estime Delphine Calas.

  

[…] 

 

« Les trois scientifiques associés au projet Bipro planchent avec des industriels pour produire, à faibles coûts, une matière transformée, comme la farine par exemple. Avant de se lancer à la fin de l’année, ils finalisent leur plan de financement et comptent effectuer plusieurs levées de fonds, en espérant démarrer la production d’ici à fin 2015. »

 

[Source] Les Echos « Bipro produira des insectes bio pour l’alimentaire fin 2015 »

 

[Communiqué de presse d’Angers Technopole via Anjou Eco « Bipro un projet innovant d’élevage industriel d’insectes »

 

→ 7579_cpprojetinnovantbipro.pdf

See on www.bio-marche.info

Les insectes bloqués par le statut Novel Food

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Par Amélie Dereuder. Process Alimentaire, le magazine de l’industrie agroalimentaire. « Ingrédients – Les insectes bloqués par le statut Novel Food »

 

« La PME Micronutris lance en partenariat avec Maison Rivière des biscuits à la poudre d’insectes. La start-up Ynsect (produit bio-sourcés à base d’insectes) lève 1,8 millions d’euros de financement pour se développer dans la chimie puis dans l’alimentaire. Les membres du projet Bipro espèrent lancer un élevage d’insectes bio en 2015… Les initiatives sont nombreuses pour proposer des alternatives durables aux protéines animales. Pourtant ses projets se heurtent à un verrou réglementaire au niveau européen. Les insectes sont largement consommés dans certaines parties du monde, mais en Europe, sans tradition culinaire autour de ces invertébrés, ils sont considérés comme des nouveaux aliments (Novel Food). »

 

[…] 

 

See on www.processalimentaire.com