L’ARN messager : l’oeuf et la poule ? 2013/12/19 . BE Israël 98 >.

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

La majorité des fonctions biologiques sont, au niveau moléculaire, dues aux protéines, qui sont des assemblages d’amino-acides. Ces protéines sont fabriquées dans les cellules par des usines moléculaires appelées ribosomes. Ceux-ci ont étés découverts par Albert Claude, Christian de Duve et George Emil Palade (prix Nobel de Médicine 1974) et leur fonctionnement fut expliqué par Venkatraman Ramakrishnan, Thomas A. Steitz et Ada E. Yonath (prix Nobel de Médecine 2009). Cette dernière est toujours au Helen and Milton A. Kimmelman Center for Biomolecular Structure and Assembly de l’Institut Weizmann en Israël. On sait également que les informations permettant de préparer les protéines sont stockées dans l’ADN, au coeur du noyau. Il y a toutefois plusieurs étapes : l’ADN est « photocopié » en ARN messager, puis interagit avec l’ARN ribosomal (dans les ribosomes) et l’ARN de transfert (qui transporte les acides aminés jusqu’au ribosome) et enfin l’assemblage se fait dans la structure du ribosome [1]. Qu’arrive il ensuite à cet ARN messager ? A-t-il d’autres activités biologiques ? Le groupe du professeur Mordechai Choder [2] du Technion s’est penché sur la question [3].

See on www.bulletins-electroniques.com


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s