La symbiose entre champignons et plantes livre ses secrets –

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Rhizophagus irregularis est le champignon mycorhizien le plus célèbre, car son ancêtre est supposé avoir permis aux plantes de coloniser le milieu terrestre il y a 400 millions d’années

Un consortium international, coordonné par l’Inra et impliquant le CNRS, a séquencé et décrypté le génome de ce champignon. Cette avancée permet de mieux comprendre la formation d’une symbiose entre plantes et champignons, dont le rôle écologique est considérable. Les connaissances acquises sur ce génome devraient faciliter l’utilisation de cette symbiose en agroécologie. Le détail de ces résultats est publié dans l’édition avancée en ligne de Proceedings of the National Academy of Sciences du 25 novembre 2013.

Ce séquencage apporte des informations nouvelles sur les mécanismes génétiques nécessaires à la mise en place d’une symbiose mycorhizienne équilibrée profitant aux deux partenaires. Elle révèle que ce champignon endomycorhizien a perdu toutes les enzymes permettant de dégrader la lignine et la cellulose accumulées dans le sol ; il dépend totalement de sa plante-hôte pour subvenir à ses besoins en sucres et énergie ; c’est un symbiote obligatoire. En contrepartie, il dispose d’un incroyable répertoire de gènes de communication et de signalisation utilisé afin de dialoguer avec ses différentes plantes hôtes

Photos © Université Toulouse III – Paul Sabatier, Guillaume Bécard.

Pour en savoir plus : http://presse.inra.fr/

See on agroperspectives.fr

Publicités

La symbiose entre champignons et plantes livre ses secrets –

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Rhizophagus irregularis est le champignon mycorhizien le plus célèbre, car son ancêtre est supposé avoir permis aux plantes de coloniser le milieu terrestre il y a 400 millions d’années

Un consortium international, coordonné par l’Inra et impliquant le CNRS, a séquencé et décrypté le génome de ce champignon. Cette avancée permet de mieux comprendre la formation d’une symbiose entre plantes et champignons, dont le rôle écologique est considérable. Les connaissances acquises sur ce génome devraient faciliter l’utilisation de cette symbiose en agroécologie. Le détail de ces résultats est publié dans l’édition avancée en ligne de Proceedings of the National Academy of Sciences du 25 novembre 2013.

Ce séquencage apporte des informations nouvelles sur les mécanismes génétiques nécessaires à la mise en place d’une symbiose mycorhizienne équilibrée profitant aux deux partenaires. Elle révèle que ce champignon endomycorhizien a perdu toutes les enzymes permettant de dégrader la lignine et la cellulose accumulées dans le sol ; il dépend totalement de sa plante-hôte pour subvenir à ses besoins en sucres et énergie ; c’est un symbiote obligatoire. En contrepartie, il dispose d’un incroyable répertoire de gènes de communication et de signalisation utilisé afin de dialoguer avec ses différentes plantes hôtes

Photos © Université Toulouse III – Paul Sabatier, Guillaume Bécard.

Pour en savoir plus : http://presse.inra.fr/

See on www.agroperspectives.fr

Des centrales « omnivores » pour produire du bio-méthane à la demande. 2013/12/23 > BE Allemagne 640 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Les centrales au biogaz “idéales” pour l’avenir devront pouvoir intégrer une variété d’intrants : tantôt de la paille, tantôt des déchets ménagers, tantôt du maïs, etc. Peu exigeantes, elles produiront à partir d’une variété de matières premières du méthane pur à faibles coûts d’exploitation. En fonction des besoins en énergie, elles devront également produire du gaz en quantités variables. Ce gaz pourra être injecté directement dans le réseau de gaz naturel, sans traitement préalable.
See on bulletins-electroniques.com

Des centrales « omnivores » pour produire du bio-méthane à la demande. 2013/12/23 > BE Allemagne 640 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Les centrales au biogaz « idéales » pour l’avenir devront pouvoir intégrer une variété d’intrants : tantôt de la paille, tantôt des déchets ménagers, tantôt du maïs, etc. Peu exigeantes, elles produiront à partir d’une variété de matières premières du méthane pur à faibles coûts d’exploitation. En fonction des besoins en énergie, elles devront également produire du gaz en quantités variables. Ce gaz pourra être injecté directement dans le réseau de gaz naturel, sans traitement préalable.
See on www.bulletins-electroniques.com

2013/12/23 > BE Allemagne 640 > Du stockage biologique de l’hydrogène

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

L’hydrogène est une solution écologique pour l’alimentation énergétique future. Un moyen sûr et efficace de le stocker a été découvert par les scientifiques Kai Schuchmann et Volker Müller, de l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main (Hesse) [1]. Ils ont trouvé à l’intérieur d’une bactérie, une enzyme convertissant l’hydrogène et le dioxyde de carbone en acide formique. A la différence de l’hydrogène gazeux, ce liquide peut être stocké et transporté comme des carburants classiques. L’avantage réside dans le fait que l’hydrogène ne serait reformé qu’au sein d’une pile à combustible sur le lieu même de la consommation. Aussi, l’acide formique peut être utilisé directement pour l’alimentation énergétique d’appareils électroniques tels que les téléphones mobiles.
See on www.bulletins-electroniques.com

2013/12/23 > BE Allemagne 640 > Du stockage biologique de l’hydrogène

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

L’hydrogène est une solution écologique pour l’alimentation énergétique future. Un moyen sûr et efficace de le stocker a été découvert par les scientifiques Kai Schuchmann et Volker Müller, de l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main (Hesse) [1]. Ils ont trouvé à l’intérieur d’une bactérie, une enzyme convertissant l’hydrogène et le dioxyde de carbone en acide formique. A la différence de l’hydrogène gazeux, ce liquide peut être stocké et transporté comme des carburants classiques. L’avantage réside dans le fait que l’hydrogène ne serait reformé qu’au sein d’une pile à combustible sur le lieu même de la consommation. Aussi, l’acide formique peut être utilisé directement pour l’alimentation énergétique d’appareils électroniques tels que les téléphones mobiles.
See on bulletins-electroniques.com

A quel point les pesticides sont-ils biodégradables ? 2013/12/23 > BE Allemagne 640 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

A l’échelle globale, environ 5.000 pesticides différents sont utilisés régulièrement en agriculture. Ceux-ci ont mauvaise presse, en grande partie du fait d’une utilisation inappropriée qui nuit à l’environnement (impact négatif sur la biodiversité, pollution des sols,…). De plus, ils sont susceptibles de porter atteinte à la santé des personnes exposées. Cependant, tous les pesticides n’ont pas un impact néfaste. Par exemple, certains pesticides sont décomposés rapidement dans l’environnement, d’autres plus lentement.
See on www.bulletins-electroniques.com

A quel point les pesticides sont-ils biodégradables ? 2013/12/23 > BE Allemagne 640 >

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

A l’échelle globale, environ 5.000 pesticides différents sont utilisés régulièrement en agriculture. Ceux-ci ont mauvaise presse, en grande partie du fait d’une utilisation inappropriée qui nuit à l’environnement (impact négatif sur la biodiversité, pollution des sols,…). De plus, ils sont susceptibles de porter atteinte à la santé des personnes exposées. Cependant, tous les pesticides n’ont pas un impact néfaste. Par exemple, certains pesticides sont décomposés rapidement dans l’environnement, d’autres plus lentement.
See on bulletins-electroniques.com