Fungi and roots store a surprisingly large share of the world’s carbon

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Symbiotic organisms that envelope tree roots may play a bigger role in carbon cycle than decomposing leaves.

See on www.nature.com

Publicités

Volet méthanisation : Questions & réponses – Ministère de l’agriculture

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

les effluents d’élevage (fumiers et lisiers) ;; les résidus agricoles et certaines cultures dites « énergétiques » ;; les déchets de l’industrie agro-alimentaire : fruits et légumes, déchets d’abattoirs, déchets d’industries laitières, …

See on agriculture.gouv.fr

Hunger & Food Security

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

How can we feed the world—today and tomorrow? The biggest players in the food industry—from pesticide pushers to fertilizer makers to food processors and manufacturers—spend billions of dollars eve…

Pierre-André Marechal‘s insight:

Toujours et toujours, vrais-faux, agir ou observer…

See on foodmyths.org

Le laboratoire de Berkeley LBNL optimise la dégradation de la cellulose pour la production de biocarburants

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

« Le développement des biocarburants représente un enjeu important pour les Etats-Unis tant au niveau économique qu’environnemental, comme nous l’évoquions dans de précédents communiqués cette année [1,2]. Le laboratoire de Berkeley (Lawrence Berkeley National Laboratory – LBNL), situé près de San Francisco en Californie, oeuvre activement pour le développement et l’optimisation des procédés de fabrication des biocarburants avec un budget annuel total de plus de 800 millions de dollars. Le LBNL a récemment réalisé trois projets de recherche relatifs à la dégradation de la biomasse – optimisation des cocktails enzymatiques, analyses par spectrométrie de masse, mise en oeuvre de micro-organismes spécifiques à l’exemple de Sulfolobos – afin d’améliorer la rentabilité des procédés de production des biocarburants. »

 

Image : http://www.smartplanet.fr/wp-content/uploads/2012/05/tabac_LBNL_tobacco.jpg

See on www.bulletins-electroniques.com

Alternatives aux pesticides en agriculture : pas si simple de passer à l’acte !

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Depuis le plan Ecophyto, les filières agricoles tentent de relever le défi de réduire l’utilisation des pesticides avec des résultats encourageants pour certains mais insuffisants. L’enjeu est de taille car il nécessite une révolution des pratiques.

See on www.actu-environnement.com

Compostage et méthanisation, des filières à suivre Source INRA

See on Scoop.itAgroSup Dijon Veille Scientifique AgroAlimentaire – Agronomie

Comment l’agriculture peut-elle aider à lutter contre le changement climatique ? C’est la question à laquelle devra répondre le projet ETYC. Son objectif : réaliser une évaluation environnementale des filières de compostage et de méthanisation pour optimiser le recyclage des matières organiques.

See on www.rennes.inra.fr

Jardins collectifs urbains : Parcours des innovations potagères et sociales

See on Scoop.itAgricultures Urbaines et Peri-urbaines

Jardin partagé, potager urbain, jardin de quartier ou de pied d’immeuble, jardin communautaire,… les jardins collectifs sont de plus en plus variés et nombreux en ville, alors que 73% de la population française est urbaine. Mais de quoi s’agit-il ? Ce sont des jardins gérés par des habitants. Ils peuvent être potagers ou non, en parcelles collectives cultivées à plusieurs, ou parfois divisés en par- celles individuelles.
Le terme de jardin collectif inclus les jardins familiaux (anciennement dit jardins ouvriers), les jardins d’insertion et les jardins partagés. Des jardins ouvriers du XIXe siècle à la reconquête des friches du New-York des années 1970, les racines et inspirations des jardins collectifs sont diverses. Ce phénomène s’inscrit dans un contexte de crise écologique, économique et sociale, de recherche de liens sociaux, de retour à la nature et du besoin de reprise de confiance vis-à-vis du système de production de notre alimentation. Quelles sont les différentes formes de jardins collectifs, et à quelles aspirations de la société  ? Quels rôles écologiques et de préservation patrimoniale les jardins collectifs peuvent-ils jouer ? Quelles pratiques culturales y sont mises en œuvre et en quoi peuvent-elles être expérimentales et innovantes ? En quoi les jardins collectifs questionnent-ils la ville ? Face à la crise, qui touche notamment les plus pauvres, les jardins collectifs peuvent-ils remplir une fonction alimentaire ? Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les jardins collectifs, et quelles sont les pistes d’action pour y remédier ? Il s’agit dans cet ouvrage d’aborder les jardins collectifs dans le cadre de la crise écologique et économique nous traversons, et donc de mettre un accent particulier sur les potentielles fonctions alimentaires et d’expérimentations culturales pour pallier aux contraintes du milieu urbain. Nous parlons bien ici de fonction alimentaire dans son ensemble (et non pas de production alimentaire), c’est à dire : sensibilisation, formation, échanges de savoir-faire, valeur nutritionnelle des légumes et, dans une certaine mesure, production alimentaire.

See on editions.educagri.fr