Pourquoi faut-il imaginer un nouveau modèle d’agriculture périurbaine ?

See on Scoop.itAgricultures Urbaines et Peri-urbaines

La ville doit-elle et peut-elle rester ce que François Ascher définissait comme « un regroupement de population ne produisant pas elles-mêmes leurs moyens de subsistance » ?

Celle de la pression foncière tout d’abord. Sur le territoire de la Communauté Urbaine de Bordeaux où la surface d’exploitations maraîchères a drastiquement diminué, un terrain à bâtir de 500 m⊃2; se vend 180 000 €. Mais si les maraîchers vendent volontiers leurs terres à des promoteurs, c’est avant tout pour s’assurer la retraite décente qu’un métier faiblement voire très faiblement rentable ne leur permet pas. Cette question de la rentabilité économique en entraîne une autre : celle des successions non assurées, incertaines ou indéterminées. Les candidats à un métier dur, peu rémunérateur (et bien souvent en conflit avec le voisinage urbain)… sont peu nombreux !..

See on www.greenetvert.fr


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s